Coronavirus : est-il possible de suspendre ou reporter ses mensualités de crédit immobilier ?

Avec la crise du COVID-19 et les mesures de confinement qui en découlent, le monde du travail se trouve bouleversé. Si certains ont la chance de pouvoir continuer leur activité en télétravail, bien des Français ont été contraints au chômage partiel, induisant une perte de revenu. Cette diminution peut peser lourd dans le budget du quotidien, notamment pour les ménages ayant un emprunt immobilier à rembourser. Dans ce cas, la question du report des mensualités du prêt immobilier vient logiquement se poser. Est-il possible de reporter ses mensualités ? Dans quelles mesures ? Est-ce une bonne stratégie ? Groupe Launay répond à toutes vos questions sur le report du crédit immobilier durant la crise du coronavirus.

Report des mensualités pour les particuliers : pas de mesure prévue par l’État

Si l’État a encouragé les banques à reporter les différents crédits contractés par les entreprises, cette mesure ne s’est pas transposée aux particuliers qui doivent rembourser leur prêt immobilier. Le gouvernement ayant assuré de maintenir les salaires des personnes mises au chômage partiel ou en arrêt maladie, les salariés restent logiquement en mesure d’assumer le remboursement de leurs mensualités.

Cependant, le chômage partiel ne vient couvrir que 84 % du salaire net. Les salariés ont donc un manque à gagner de 16 %, une part non négligeable qui peut s’avérer parfois essentielle au recouvrement total des mensualités. Quid des professions libérales qui enregistrent d’énormes pertes d’activité.

Dans un tel contexte, il est donc tout naturel que certains particuliers s’interrogent sur la possibilité de reporter leurs mensualités de prêt immobilier ; une mesure qui a d’ailleurs été prise par le gouvernement italien.

Comment reporter ou suspendre son prêt immobilier ?

Si aucune mesure n’a été prise par le gouvernement français, le report ou la suspension des mensualités reste possible pour bon nombre d’emprunteurs. En effet, la majeure partie des crédits sont munis d’une clause de report des échéances. Il est donc important de vérifier cet élément sur votre contrat d’emprunt ou de poser la question à votre organisme prêteur.

Si votre contrat dispose de cette clause, sachez que dans le cadre de la crise du coronavirus, la plupart des grandes banques ont donné leur accord pour une suspension ou un report d’échéance allant d’un à six mois. Toutefois, si vous avez déjà demandé cet arrangement il y a moins de 12 mois, il peut vous être refusé. De plus, la suspension du prêt n’est généralement possible que pour des contrats ayant deux ans d’ancienneté.

Toutefois, si tous ces critères sont respectés, vous avez alors le choix entre deux solutions :

· Le report d’échéance partiel qui vous permet de mettre le crédit en pause tout en continuant à payer les intérêts et le versement de l’assurance

· Le report d’échéance total qui vous permet de mettre en pause les mensualités et les intérêts tout en continuant à payer l’assurance

Quelle que soit l’option choisie, reporter son crédit immobilier doit être une décision mûrement réfléchie, car elle implique de rallonger la durée de l’emprunt et par conséquent de changer le montant total du prêt. En effet, un nouveau tableau d’amortissement doit être calculé et l’assurance va devoir être payée pendant une plus longue période, ce qui génère de nouveaux frais.

Moduler les échéances du prêt, une alternative

Pour faire baisser le montant des mensualités, il est aussi possible de demander à sa banque une modulation des échéances. Tout comme le report de prêt, cette solution est soumise à une clause précisée dans le contrat. Elle permet de faire diminuer ses mensualités de 10 à 30 % pendant une durée minimum de 12 mois. Idem que la suspension de prêt, cette solution engendre un rallongement de la durée du crédit et donc des frais supplémentaires.

Partager la page
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques anonymes de visites, vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus, cliquez ici.